Prostituées, argent sale: Perez éclaboussé par Football Leaks

Prostituées, argent sale: Perez éclaboussé par Football Leaks

14:01 14.12.2016

En décortiquant les pratiques peu avouables du fonds d’investissement Doyen Sports, spécialisé dans le foot business, Mediapart éclabousse Florentino Perez, le président du Real Madrid. 

A chaque semaine son lot de révélations avec Football Leaks, la vaste enquête menée sur les turpitudes du milieu du ballon rond par un consortium de 12 journaux européens, dont Mediapart. Ce vendredi, c’est au tour du président du Real Madrid, Florentino Perez, de se retrouver dans l’oeil du cyclone. 

Dans un article intitulé « Le président du Real Madrid, les prostituées et l’argent sale », le site d’investigation s’intéresse aux conditions du transfert de l’international français Geoffrey Kondogbia, alors Monégasque et proposé au club merengue par Doyen Sports, l’un des plus gros fonds d’investissement du foot européen, spécialisé dans le commerce de parts de footballeur (une pratique interdite par la Fifa à partir de mai 2015). 

Doyen Sports, « une pieuvre aux connexions mafieuses »

Où l’on découvre (ou pas) que tous les moyens sont bons pour convaincre les décideurs du Real avec notamment l’organisation d’une partie fine avec des prostituées, à laquelle Florentino Perez dément avoir participé, mais aussi le versement d’une commission occulte d’un montant de 750.000 euros. Des chiffres et des pratiques qui n’étonneront sans doute pas les désabusés d’un sport gangrené par l’argent sale, mais qui ont le mérite ici d’être démontrées, preuves à l’appui.

Avec le focus des enquêteurs sur Doyen Sports, qualifié de « pieuvre aux connexions mafieuses » et que contrôle une famille d’oligarques kazakho-turcs, qui gère des stars du calibre de Neymar Jr. et David Beckham, qui « blanchit son argent aux îles Vierges britanniques » et « dont l’un de ses membres était le‘boss’d’un trafic de prostituées mineures« .

Cerise sur ce gâteau nauséabond, un autre versant de l’enquête dévoile que Donald Trump, le successeur de Barack Obama et donc prochain locataire de la Maison Blanche, était il y a dix ans lié en affaires à Tevfik Arif. L’homme qui se cache derrière Doyen Sports, auquel Trump a permis, en louant très cher son nom, comme un sésame pour pénétrer le territoire et le marché américain de l’immobilier, et qui, démontre encore Mediapart, a « pu faire circuler des millions d’argent douteux« . Un ami dont Trump affirme aujourd’hui ne plus souvenir… 

©today-news.press